Paul Leschhorn naît en 1876, à Metz d’un père sarrois, Georg Ludwig Leschhorn, ingénieur à Sarrebrück. Sa famille vient s’installer en Moselle peu après l’annexion allemande. Plus tard, Paul Leschhorn s’établira avec sa famille en Alsace. Par la suite, il sera un artiste atypique, un grand randonneur et skieur, qui durant ses promenades dans les Vosges enneigées, réalisera quelques-unes des plus belles gravures alsaciennes.
Schneetanen. Estampe (bois) 29,5x36,5cm. Collection privée, Strasbourg.
Schneetanen. Estampe (bois) 29,5x36,5cm. Collection privée, Strasbourg.
C’est en 1893, à l’âge de 17 ans, après ses études au Lycée, qu’il commence sa formation d’artiste, entrant à l’Ecole des Arts Décoratifs de Strasbourg. Il y reçoit l’enseignement de Georg Daubner et de Carl Jordan. Le premier est un paysagiste et un impressionniste qui a pu influencer Paul Leschhorn dans ses peintures à l'huile. Il s'est aussi inscrit à l'école privée de Lothar von Seebach. Ce grand peintre qui maîtrisait parfaitement les techniques de la peinture impressionniste, a pu lui apporter son savoir et son inspiration lorsque Leschhorn exécutera ses extraordinaires effets de brouillards dans ses lithographies de forêts vosgiennes.   Nature morte à la divinité asiatique. Aquarelle. 48,5x37cm. Datée 1939. Collection privée, Strasbourg.
Nature morte à la divinité asiatique. Aquarelle. 48,5x37cm. Datée 1939. Collection privée, Strasbourg.
Rose jaune. Estampe (bois). 33x25cm. collection privée, Strasbourg
Rose jaune. Estampe (bois). 33x25cm. collection privée, Strasbourg
De 1898 à 1904, il est davantage artiste-décorateur qu'artiste-peintre et s’inscrit  dans la continuité d’autres artistes strasbourgeois tels que Spindler, Hornecker, Carl Jordan, Cammissar ou encore Léo Schnug. Comme eux, il réalise des décors pour la Neustadt et dessine également des projets de carreaux décoratifs destinés aux immeubles en construction. De ce travail de décorateur il nous reste, sur le perron de la maison de l’archéologue alsacien Robert Forrer, au numéro 4 de la rue de l’Université à Strasbourg, une fresque datée de 1904, d’inspiration hellénique, qui témoigne d’une grande qualité d’exécution. On peut aussi parler de nombreuses peintures murales pour les églises et les monuments, qu'il réalise dans le style art nouveau (Jugendstil) et qui lui assurent un revenu, car il vit à cette époque de son travail de décorateur. Il n’effectue pas son service militaire. Pour subvenir à ses besoins il écrit aussi des articles de presse. Dans le même temps  Paul Leschhorn suit en tant qu'auditeur libre des cours de philosophie et de paléontologie à l'Université de Strasbourg. A cette époque il semble chercher sa voie.  

Paysage d'hiver. Estampes (bois) 40,5x31cm. Collection privée.
Paysage d'hiver. Estampes (bois) 40,5x31cm. Collection privée.
A l’automne 1903, il s’inscrit à l'Académie des Beaux-Arts  de Karlsruhe dans la classe de sculpture du Professeur Ernst Schurth ainsi que dans la classe de lithographie du Professeur Walter Conz. Ce dernier lui enseigne la technique de la gravure sur bois (estampe) et pourrait avoir inspiré Paul Leschhorn au travers de scènes hivernales d’une intensité mélancolique et sombre reflétant un style très proche de celui de son maître.
Après cette formation Paul Leschhorn devient un réel peintre et artiste indépendant. Il utilise des techniques artistiques telles que la peinture à l’huile, l’aquarelle, le dessin, mais surtout la gravure sur bois. Celle-ci va lui permettre de réaliser des estampes qui par la beauté de leurs dégradés et la précision de leurs couleurs nous rappellent les estampes japonaises. Ces œuvres ont une certaine proximité de style et de sujet avec celles des autrichiens Emil Orlik et Engelbert Lap et l’allemand Carl Thiemann, eux aussi touchés par la grâce et la finesse des arts du Japon. Paul Leschhorn se servira de la gravure sur bois principalement pour ses paysages vosgiens, mais aussi pour quelques gravures religieuses. On peut citer la fameuse réplique du retable d’Issenheim au Musée des Unterlinden à Colmar où Leschhorn fait preuve d’une qualité de gravure très précise et minutieuse. Mais il met longtemps à élaborer sa manière de procéder. Il applique tout d’abord la technique de la lithographie classique, puis il passe à celle de l'estampe (lithographie sur bois), un mode opératoire qu'il personnalise : il effectue pour commencer un dessin en pleine nature, puis une fois dans son atelier, il reproduit le dessin sur une tablette de bois pour chaque couleur, cinq généralement. Ensuite, il sculpte chaque tablette indépendamment et obtient une emprunte individuelle par couleur. Pour finir, il badigeonne chaque tablette d’une couleur et passe chaque feuille de papier japon sur chacune des tablettes. Le jeu de superposition des différentes tablettes et un souci de précision, forme au final un motif, à chaque fois unique, et permet la reproduction de plusieurs dizaines d’estampe.
 Paul Leschhorn peindra aussi des aquarelles dans des conditions extrêmes : en plein hiver vosgien où pour parer au froid, il doit substituer l'eau à l'alcool. Il se soumet aux forces de la nature, mais si cela réduit sa productivité cela n'enlève rien à sa dextérité.Paysage aux grands arbres. Estampes (bois) 39x29cm. 1917. Collectionr privée, Strasbourg.
Paysage aux grands arbres. Estampes (bois) 39x29cm. 1917. Collectionr privée, Strasbourg.
     
Paul Leschhorn est un artiste très actif entre 1900 et 1918, il expose beaucoup dans de nombreuses villes, comme à Strasbourg en 1903, 1904, 1908, 1912, 1913, 1914, à Francfort en 1904, à Cologne en 1906 et à Stuttgart en 1914. On sait peu de chose de son activité durant la 1ère Guerre Mondiale. Mais certaines personnes qui l’ont connu ont rapporté qu’il fût très affecté par la défaite allemande de 1918, et qu’en tant qu’artiste formé et représentatif de l’école allemande en Alsace, sa personne et son art devinrent objet de critiques et de rejet. De ce fait, après cette date, il a des difficultés, expose moins souvent, et se heurte à des problèmes de « nationalité », l’Alsace étant devenue française. Il connait des problèmes financiers et des rivalités avec des artistes alsaciens.
Par la suite, entre 1924 et 1931 il voyage en Italie, au Monténégro et en Afrique et séjourne souvent en Corse, entreprenant un commerce d’antiquités chinoises entre Marseille et Strasbourg. Il détient d’ailleurs lui-même une collection d’objets asiatiques, de laquelle il a sans doute dû tirer certaines compositions pour ses fascinantes natures mortes. On pouvait trouver dans sa collection des vases, des bouddhas et des statuettes chinoises. Son intérêt croissant pour les antiquités et l'étude de la culture de ces pays, réduisait son travail artistique. Ses séjours dans les Vosges se raréfient. Pourtant, lors de ses fréquents voyages en Corse, Paul Leschhorn produira de nombreux paysages de « l'île de beauté ».  
Puis le climat politique et humain de l’Alsace d’avant la seconde guerre mondiale devient très dur et pesant. Leschhorn quitte une première fois l’Alsace en 1938 et s’installe à Frankfurt am Main. Il revient en Alsace en 1940 ou 1941. A cette époque il obtient le Premier Prix de l’Université de Freiburg im Breisgau pour l’ensemble de son œuvre. Puis il rejoint encore une fois l’Allemagne avec sa femme en 1944, d’abord à Francfort où son atelier est détruit par les bombardements, puis se réfugie au Bodensee (lac de Constance). A 70 ans, il est sans argent, presque aveugle, ne peut plus travailler et a perdu son atelier avec les œuvres qui s’y trouvaient. Son stock d’antiquités chinoises a également disparu.
Tannen im Nebel. Estampe (bois) 28x36cm. Collection privée, Alsace.
Tannen im Nebel. Estampe (bois) 28x36cm. Collection privée, Alsace.
Il se suicide par empoisonnement en 1951. A part quelques amis personnels, il est oublié de tous. 
Bien qu’ayant pu exposer plusieurs fois entre 1903 et 1935, entre l'Alsace et l'Allemagne, l’ambiance hostile entre les deux nations et les constants changements culturels et politiques qui ont marqué la région expliquent l’oubli public de Paul Leschhorn, en dépit de la minutie, de la grande qualité de ses œuvres et de son génie.
A notre jugement, l’inspiration poétique mais surtout l’exécution technique de ses paysages de neige de forêts vosgiennes demeurent inégalées.

GALERIE D'OEUVRES DE PAUL LESCHHORN :

Paysage au sapins. Estampes (bois) 35x41,5cm. Collection privée, Alsace.
Paysage au sapins. Estampes (bois) 35x41,5cm. Collection privée, Alsace.
Paysage de neige au pont. Aquarelle et gouache 35,5x51,5cm. 1925. Collection privée, Alsace.
Paysage de neige au pont. Aquarelle et gouache 35,5x51,5cm. 1925. Collection privée, Alsace.

Paysage d'hiver. Estampe (bois) 43x42cm. Collection privé, Strasbourg.
Paysage d'hiver. Estampe (bois) 43x42cm. Collection privé, Strasbourg.
Obstgarten im Schnee. Estampe (bois) 44x34cm. Collection privée, Strasbourg.
Obstgarten im Schnee. Estampe (bois) 44x34cm. Collection privée, Strasbourg.
Paysage d'hiver près de Diemeringen. Aquarelle et gouache. 26x35cm. 1922. Collection privée, Strasbourg.
Paysage d'hiver près de Diemeringen. Aquarelle et gouache. 26x35cm. 1922. Collection privée, Strasbourg.
Marcheur dans la neige. Estampe (bois) 20,5x29cm. Collection privée, Alsace.
Marcheur dans la neige. Estampe (bois) 20,5x29cm. Collection privée, Alsace.
Donon. Estampe (bois) 25x30,5cm. Collection privée, Alsace.
Donon. Estampe (bois) 25x30,5cm. Collection privée, Alsace.
Poirier en hiver. Estampe (bois) 34,5x43cm. Collection privée, Strasbourg.
Poirier en hiver. Estampe (bois) 34,5x43cm. Collection privée, Strasbourg.
Sous-bois enneigé. Estampe (bois). 27x35cm (à vue). Collection privée, Strasbourg.
Sous-bois enneigé. Estampe (bois). 27x35cm (à vue). Collection privée, Strasbourg.
Chèvres sur les rochers au bord de l'eau en Corse. Aquarelle. Collection privée, Paris.
Chèvres sur les rochers au bord de l'eau en Corse. Aquarelle. Collection privée, Paris.
Winterluft. Estampe (bois) 43x33cm. Collection privée, Strasbourg.
Winterluft. Estampe (bois) 43x33cm. Collection privée, Strasbourg.
Paysage d'hiver. Huile sur toile 63,5x58,5cm. Collection privée, Alsace.
Paysage d'hiver. Huile sur toile 63,5x58,5cm. Collection privée, Alsace.

RCS STRASBOURG TI 525 048 492 - Neustadt Galerie - Galerie Kiwior - 28 Avenue de la Marseillaise - 67000 Strasbourg France - contact@neustadtgalerie.com
mots clefs :

XXX